Immense Patagonie !

Du 6 au 16 mars 2017

Arrivés à El Calafate, nous sommes à près de 6000 km de La Quinca, la ville frontalière de la Bolivie au nord qui nous a accueillis la première en Argentine, et à près de 14 000 km de Paris… Loin, nous sommes très loin ! On nous avait prévenus : plus grande que la France avec moins d’un habitant au kilomètre carré, la Patagonie impressionne par son immensité… C’est vrai ! Débarqués en short en venant par avion directement de Buenos Aires où la température  frôlait les 40°, on a eu vite fait de ressortir les polaires des sacs, même si c’est encore l’été, que les fruits sont mûrs dans les vergers et la lavande en fleurs. Ici la météo varie d’une heure à l’autre et il faut apprendre la patience pour organiser ses activités le temps d’une éclaircie. Cher… c’est aussi un adjectif communément associé à cet état de Santa Cruz pourtant largement et inéquitablement  subventionné par le gouvernement  au regard de sa densité de population depuis l’ère Kirchner (dont Nestor, puis Cristina, son épouse, tous deux successivement présidents du pays étaient originaires). Nous élierons donc le gîte au plus économique mais tout compte fait dans un petit hostal tout simple avec des matelas bien confortables ! C’est un critère qui commence à devenir important pour nous quatre après  plus de deux mois de voyage. Doté d’une grande cuisine, il nous permet en plus de cuisiner et d’éviter les restaurants dont on commence aussi parfois à se lasser (eh oui ! une bonne gamelle de pâtes maison ou une soirée crêpes et pain perdu, ça donne le sourire aux petits Farré !).

Nous appréhendons donc cette région par le sud, à 80 km du Perito Moreno, au pied de la cordillère des Andes et au bord du Lago Argentino, par cette ville-étape au cœur de la pampa herbeuse et venteuse. La location d’une voiture revenant moins cher qu’un transfert en bus pour nous quatre, notre première expédition ne sera pas des moindres ! Approcher au plus près la fameuse ligne de rupture du Perito Moreno, dans l’une des régions de glaciers les plus grands au monde avec 48 glaciers majeurs depuis les fjords du Pacifique au Chili à l’ouest jusqu’aux lacs argentins à l’est, sur une surface de 12 000 km2. Pour cela il faut entrer dans Le Parc National Los Glaciares à 1h30 de route de El Calafate. On aperçoit déjà l’immensité du champ de glace et ses reflets bleus 7km avant même d’arriver au site, la partie visible montant jusqu’à 70 mètres de hauteur sur 5000 mètres de large.

Pas de chance : le vol de drones est interdit dans la zone, c’était bien tentant pourtant ! Site classé au patrimoine mondial de l’Unesco, il est aménagé avec des passerelles qui permettent de l’observer de plus ou moins haut, d’entendre ses craquements et assister à la rupture de morceaux qui formeront des icebergs plus ou moins gros. Ce glacier est l’un des seuls qui n’est pas en recul… Il avance même de 2 mètres par jour jusqu’à la péninsule de Magellan jusqu’à parfois l’atteindre et créer un barrage naturel dans le lac. Une journée bien sympa à observer ce spectacle dont on ne se lasse pas et pique-niquer dans un environnement protégé si pur que les arbres « barbus » sur leurs troncs en sont la preuve parait-il ! Le ciel n’est pas bleu comme sur les cartes postales mais on est contents de profiter de cette journée d’accalmie pour contempler cette merveille. Ce ne sera pas le cas des deux jours suivants durant lesquels les kids alterneront entre usage de leur lit confortable et classe dans la cuisine, une petite séance de géographie en voyage en sus avec la visite du chouette musée Glaciarium.

Voiture : Numatak /1400 pesos/jour/200km + 200 pesos pour le carburant trajet Perito Moreno A/R

Parque Nacional Los Glaciares : 500 pesos/adulte, 130/enfant

Glaciarium : 840 pesos/4, transfert gratuit en navette depuis la ville (le musée est à 6 km)

Calafate Viejo Hostel : Perito Moreno 235 / 800 pesos la chambre quadruple avec SDB
Hostel calafate viejo

A 3 heures de bus, nous nous rendons ensuite dans la Mecque des marcheurs et des grimpeurs : El Chalten, facilement accessible désormais avec une portion goudronnée de la fameuse route 40, et où, étonnamment nous croisons beaucoup de français. C’est aussi semble-t-il l’une des villes les plus chères d’Argentine concernant l’hébergement ! Mais elle un a un véritable atout : elle est située au cœur du Parc National Los Glaciares. Nous avons même droit à un stop briefing du bus avant d’entrer au cœur du village sur les consignes de sécurité pour le préserver ! Ici, c’est le royaume de la marche et on a fait le plein ! Avec des chemins balisés mais toutefois encore très sauvages, on peut dire que les garçons ont assuré avec plus de 40 km de ballade en deux jours. Sous un ciel bleu et un soleil brillant, nous avons même eu la chance assez rare d’admirer le mont Fitz Roy totalement dégagé (celle qu’on appelle aussi « la montagne qui fume »  en faisant allusion aux nuages souvent accrochés à son sommet) et pique-niquer au bord de Lagos de Los

Tres, au pied de son glacier, au terme du dixième kilomètre de montée avec plus de 400 mètres de dénivelé ! Bonjour les fessiers ! Après 10 heures de sortie ce jour-là où ils n’ont pas failli, Fantin et Némo auront le droit à une journée entière de temps libre de récupération. Leurs jambes ne bougeront pas beaucoup ce jour-là… mais plutôt les doigts !!! Et de repartir le jour suivant pour une marche de 9 heures tout aussi splendide en direction du Mont Torre, jusqu’à la Laguna Torre, lac dans lequel flottent quelques gros glaçons qui se sont détachés du glacier. On ne s’en lasse pas… 

Nous sommes bien en jambes en ce moment… Pour passer un cran au-dessus, il aurait fallu passer à un trek de 37 km… Mais là c’est un peu trop pour nous, faut pas exagérer. On aurait bien aimé tenter l’escalade, mais sans le « Macaque » cela aurait été une trahison…Retour donc à El Calafate !

Bus El Chalten Travel : 450 pesos/pax (one way) – Bus à 7h30 / 13h00 et 18h30

Hotel Fitz Roy Inn : Avenida San Martin 500/ 1000 pesos/nuit la chambre quadruple SDB (PDJ inclus) email :  Fitz Roy

Restaurant Mathilda : des makis et sushis délicieux les samedis et dimanches seulement (pour changer des empanadas et de la viande)

Nous ne pouvions pas non plus quitter la Patagonie sans une randonnée équestre au milieu de la pampa, c’est un peu l’image d’Epinal que nous avions en tête en arrivant ici. On s’est donc offert le petit plaisir d’une journée de sortie en compagnie de Luciano (on a pas trouvé Florent Pagny !), à l’écart des chemins touristiques. Une fois de plus, nous avons réussi à faire combiner l’alternance météo avec celle de notre programme, et c’est encore par temps magnifique que nous avons chevauché à partir de son estancia, Lago Roca, à 42 km de la ville, et profité d’une vue panoramique sur un paysage unique depuis le Glacier Perito Moreno jusqu’au Rio Rico.

Une cavalcade inoubliable, sur des chevaux tranquilles (trop au goût de Fantin parfois !), au milieu de nulle part, avec barbecue de viande et champignons cueillis sur le chemin, cuits sur le « disque » dans un camp au milieu du parcours. On se serait presque pris pour des gauchos !

Randonnée équestre : 117$US/pax (en réservant par internet (transfert et déjeuner inclus) Cabalgatas del glaciar

Pour finir sur une note culinaire qui aura décidément marqué notre voyage dans ce pays, notre dernier dîner sera un chaud et froid ponctué par la traditionnelle parilla d’agneau  et un cocktail au Ice Bar de El Calafate.

Prochaine destination : la Patagonie encore et encore… mais côté Chili !

Share this on

Google + Pinterest

2 Comments

jacques Rouxel 1 année ago

Bonjour à toute la famille . Depuis 3 mois lorsque je me connecte sur votre blog, vous me permettez de voyager un peu avec vous et ça fait vraiment du bien. J’en prend plein les mirettes avec vos photos superbes. Quelle aventure exceptionnelle vous vous êtes offerte. Il est inutile que je vous conseille d’en profiter car vous vous débrouillez très très bien tout seul. Bonne route et vive la vie, je vous embrasse .

Reply
turkieltaub 1 année ago

Coucou a la famille. Contente de voir vos aventures ! Profitez. Bises à vous. Sabine turkieltaub

Reply

Leave a Comment

<p>Your email address will not be published. Required fields are marked *</p>

Haut de page