Ile de Pâques

6 au 10 avril 2017

Rapa Nui, baptisée en 1722 « l’île de Pâques » par le hollandais qui l’a découverte officiellement un dimanche pascal, restera gravée longtemps dans nos mémoires. Nous avons tous une image en tête de cette île mystérieuse, la plus éloignée d’une terre habitée qui puisse exister, et située à 3700 km de la partie continentale du Chili dont elle fait partie. Des steppes balayées par les vents et parsemées de monolithes. Pourtant, en arrivant, nous devinons très rapidement l’influence polynésienne franchement présente, en particulier à Hanga Roa, la seule petite bourgade, où les surfeurs et surfeuses défient les vagues jusqu’au coucher du soleil. Nous avons la chance de la découvrir par beau temps. 5 jours n’auront pas suffi à percer le mystère des Moaï, et honnêtement, je ne suis pas certaine que nous en ayons eu envie. Car c’est le mystère de ce peuple disparu ayant laissé peu de choses à part cet art monumental qui est fascinant justement. L’île n’est pas très grande, 170 km2, mais les Moaï sont partout ! Pas forcément en bon état après les expéditions et pillages des européens et des péruviens…. Il y en aurait aujourd’hui plus de 800 ! La plupart en bord de mer, les yeux tournés vers l’intérieur…

Ce qui est le plus étonnant dans cette île c’est son côté sauvage ! C’est vrai que nous avons souvent utilisé ce terme dans nos précédentes destinations. Mais ici, c’est total ! Quel spectacle que ces terres volcaniques parcourues par les chevaux en liberté. Nous sommes sur leur territoire…. Les touristes n’ont qu’à attendre lorsqu’ils traversent les routes bitumées et bloquent la circulation.

La côte et les vagues aussi sont impressionnantes… Pas de barrière de corail ici… Nous avons passé des heures à les regarder au coucher du soleil….

Les volcans (éteints), il y en a trois principaux (sans compter les 70 petits cônes secondaires), sont des sites importants pour la production de Moaï puisque qu’ils sont sculptés dans le tuf volcanique…. Mais nous y avons également découvert des écosystèmes endémiques au sein de leur ancien cratère de toute beauté, avec une caldeira couverte de petits lacs où pousse le totora (du jonc).

L’ancien village d’Orango, un site cérémoniel où avait lieu le culte de l’homme oiseau et une compétition annuelle entre les différentes tribus pour s’approprier le pouvoir est tout aussi fascinant.

Evidemment, une telle destination si isolée n’est pas bon marché. Nous avons réussi à nous y loger en évitant la casse… D’autant plus que nous n’avions réservé (ce qui n’est pas recommandé pour cet endroit avec le recul !) et que le camping dans lequel nous souhaitions dormir était complet à notre arrivée. Heureusement qu’il propose également des chambres en gîte partagé abordables pour 4 nuits d’affilée. Et c’est finalement une bonne option puisqu’il permet de bénéficier d’une grande cuisine exclusive et d’une salle de bains avec eau chaude, a contrario des campeurs sous tente qui doivent jouer des coudes pour se préparer à diner. Nous étions finalement ravis de notre formule. Et loin d’être envieux des campeurs qui devaient se contenter d’une petite Queshua sans un brin d’ombre de la journée ni d’espace confortable pour manger. Comme eux en revanche, pas de connexion wifi pendant 5 jours… sauf à aller sur la place du village qui le propose en accès gratuit, avec un débit correct, comme dans toutes les villes au Chili !

Pendant 5 jours nous avons sillonné l’île sans nous en lasser  à bord de notre petit 4×4 bon marché depuis Hanga Roa jusqu’à la plage de Anakena, en passant surtout par la route sud avec ses 92 sites archéologiques recensés. Nous ne serons pas malhonnêtes en disant que nous les avons tous visités, mais pour certains d’entre eux nous y sommes allés plusieurs fois tellement les changements de lumière selon l’heure du jour permet de les apprécier différemment. Le plus grandiose des sites, le plus connu aussi, celui de Rano Raraku doit absolument être visité avant la fermeture à 18h, en profitant d’un éclairage rasant. Nous avons en plus, à cette occasion eu la chance d’être seuls sur site ! Géant !

C’est là que nous y avons rencontré par hasard la famille Dune à laquelle nous avions donné rendez-vous sur l’ile quelques mois auparavant car ils voyagent en famille eux-aussi mais dans l’autre sens et le pays de rencontre était prévisible. Quel drôle d’endroit pour une rencontre !

Ce que nous retiendrons enfin particulièrement comme souvenir de l’île de Pâques en famille, c’est un barbecue magique improvisé un soir de pleine lune sur des pierres volcaniques chauffées au bois et à l’eucalyptus face à la mer par grand vent… Un grand kiff !

Entrée sur sites : billet unique à acheter en arrivant à l’aéroport (cash only !) : 54000 pesos/adulte, 27000/enfant

Chambre au camping  Mihinoa : 46000 pesos/nuit en chambre quadruple http://www.camping-mihinoa.com/ Si vous venez avec votre tente, bookez l’emplacement sur ce site et non via un intermédiaire qui impose la location du matériel en plus

Location de voiture : 35000 pesos/jour (même prix dans toutes les agences) Famille DUNE : http://www.duneaventure.com/

Share this on

Google + Pinterest

2 Comments

guillet 10 mois ago

Coucou Sandrine,
je pense à toi. C’est vraiment magique ce que vous faites. Profites-en bien. Et merci de partager. Ce site est vraiment chouette.
grosses bises
Delphine

Reply
virginieGM 8 mois ago

Splendide!!! magique, mystérieux, ça semble incroyable!

Reply

Leave a Comment

<p>Your email address will not be published. Required fields are marked *</p>

Haut de page