Pizarro VS Pachacutec

19 au 27 janvier 2017

C’est étrange l’effet que peut laisser Cusco : la beauté de cette ville et de son environnement ne peut nous faire oublier la cruauté des conquistadores qui ont tout fait pour anéantir le nombril de l’empire Inca. Quasiment chaque temple y a été détruit pour y édifier une église à la place, et pas des plus vilaines ! Elles sont toutes plus spectaculaires les unes que les autres. Pizarro et sa bande d’évangélisateurs n’ont pas lésiné sur les moyens. Mais ils n’ont pas fait totalement disparaitre toute trace de ces génies de la construction qu’étaient les Incas : les fondations et les murs que l’on peut encore y voir sont juste incroyables !

Nous avons débarqué dans cette ville après une nuit de bus depuis Arequipa en pensant nous installer dans un appartement sympa pour la semaine… Le Airbnb qui nous attendait était certes bien situé, à 10 minutes à pieds de la place des armes, au pied du quartier de San Blas (la Montmartre de Cusco), mais dans un des blocs genre quartier ouvrier de la ville, et les efforts de Karina pour nous y installer ne compensent pas notre déception au vu de l’équipement plus que rudimentaire du logement et de son humidité (bref, on ne notera pas ici les références vous comprendrez).

Tant pis pour le confort, on ne regrettera pas notre petite semaine passée ici. La ville est certes très touristique mais on s’y sent bien et la richesse du patrimoine et des traditions ne nous lassent pas.

Dès le premier jour nous sommes accueillis par une procession, dont on ne connaitra malheureusement pas la signification religieuse, devant la place de la cathédrale qui mêle danseurs Quechua et défilés de gaucho (avec leurs maques dont la proéminence ont bien fait rigoler les garçons et ferait même rougir Edmond de Rostand) accompagnés du prêtre et de femmes qui transportent des mèches de cheveux sur des plateaux. On s’est sentis un peu incultes devant ces démonstrations mais on les a trouvées néanmoins très pittoresques.

La cathédrale du 16e édifiée en cent ans sur l’ancien palais du père de Pachacutec (roi Inca qui aurait construit le Machu Picchu) et face à la place des pleurs (comme l’appelle les quechuas) sur laquelle fut écartelé un autre roi fameux,  Tupac Amaru, leader de 4 années de révolution, nous initie à ce que l’on appelle l’école de Cusco. Un « harmonieux » mélange de style local et espagnol comme ils disent dans les audioguides… Mais qui ne doit pas nous faire oublier que l’intégration des symboles quechuas et les références à la nature n’avaient que pour but de plus facilement convertir la population conquise à la religion chrétienne au travers des tableaux et imageries très riches qui couvrent l’édifice. Etrange sensation également quand nous voyons dans cette église la première croix arrivée sur le continent avec les conquistadores.

Catedral : face à la Plaza de Armas, ouvert TLJ de 10 à 18h, 75 soles pour 4
La Basílica Catedral del Cusco

Un autre lieu très impressionnant : le monastère Santo Domingo, construit sur le temple du soleil. Là, les conquistadores n’ont pas complètement détruit le temple car ils avaient besoin d’un toit pour se loger… Alors ils ont eu vite fait de choisir celui que l’on nomme Coricancha (enclos de l’or), un vaste dépôt d’or… Tant qu’à faire ! Si les bâtiments hispaniques ont quasiment tous été détruits par le tremblement de terre de 1650, les fondations Incas avec la fameuse inclinaison, elles, sont restées debout ! Le cloître actuel a été reconstruit à l’intérieur des murs. L’église Santo Domingo adjacente est la plus vieille église d’Amérique du Sud construite en 1534, deux à peine après l’arrivée des espagnols.

Monestario de Santo Domingo y Templo del Sol Qoricancha : Plaza de Santo Domingo, ouvert TLJ de 8h30 à 18h30 sauf le dimanche de 14h à 17h, 38 soles pour 4
Templo del Sol

La visite guidée gratuite de la vielle proposée par les « gilets verts » tous les jours nous permet de voir quelques autres vestiges de murs incas dans la ville. Des murs bâtis parfois en plus de 50 ans, sans mortier, avec des blocs de pierre transportés et sculptés comprenant jusqu’à 22 angles qui s’ajustent parfaitement pour la beauté du style ! Cette visite nous emmène jusqu’à un cours de cuisine où la guide n’est pas peu fière de nous rappeler que Le chef péruvien Augusto Acurio a été nommé Best Chef of the World. C’est vrai que la préparation du Ceviche (poisson blanc, citron vert, coriandre, chile limo, sel, poivre, oignon rouge) accompagné de patate douce et de maïs tendre nous met l’eau à la bouche et on ne résiste pas de la faire goûter aux garçons. Cela nous réconcilie un peu avec la cuisine après les dîners successifs préparés par Fantin et Némo dans notre AirBnB, certes sympathiques, mais loin de saveur des repas de Gusto de Ratatouille auquel le grand chef péruvien a d’ailleurs prêté sa voix !

Free walking tour Cusco : 2 tours par jour du lundi au samedi, à 10h15 (ville) et 12h00 (Highlands), RDV Plaza Regocijo, tips à disrcétion
Free Walking Tour Cusco

C’est à Cusco que l’on peut approcher de près les trois sortes de camélidés vedettes du pays (sans parler de tous les croisements) : alpaga, lama, vigogne. Les premiers sont les plus savoureux en steak et offrent la laine la plus douce.  Le marché de San Pedro est également un lieu haut en couleurs où cohabitent les différents métiers de bouche (les stands de boucherie et de découpe étant toujours les  plus impressionnants) et artisanaux proposant toutes sortes de textiles et où l’on peut voir les péruviennes à l’ouvrage au tricot !

On terminera notre séjour à Cusco chez l’habitant, chez DORIS, dans un quartier certes plus excentré, et pas dans un confort terrible non plus… mais où nous avons pu laisser nos sacs quelques jours pour partir dans la vallée sacrée et où nous avons rencontré Cyril qui nous accompagnera un bout de chemin vers le Machu Picchu.

 

 

Share this on

Google + Pinterest

2 Comments

Jeff Saint-Omer 2 années ago

Yo les amis !!
Ravi de voir que tout se passe bien pour vous et de suivre vos aventures.
La patronne a l’air bien remise de son mal d’altitude, tant mieux.
Zarno, j’ai bien aimé ta vidéo, celle où tu portes Sandrine à bout de bras et où elle a une caméra scotchée au front, sportif!
Mais entre nous, tu aurais mieux fait d’acheter un drone, c’est plus pratique. Je t’expliquerai le principe à votre retour, tu verras c’est simple.
Bises à tous les 4

Reply
savary raymonde 2 années ago

la procession c’est la chiaraje a Canas (Cuzco) fête qui a lieu le 20 janvier
l’historien Marc
bisous

Reply

Leave a Comment

<p>Your email address will not be published. Required fields are marked *</p>

Haut de page